Blog des Laissé(e)s pour Compte / (Dpt 83)

29 octobre, 2011

Les Indigné(e)s et le Var…

De : Sylvie

Message transféré de « Patrick Garin »

Objet : Création d’un mouvement des indignés à Toulon

Envoyé : samedi 29 octobre 2011 00:18

—– Original Message —–

From: Patrick Garin

To: ptadl@aol.com

Sent: Thursday, October 27, 2011 11:18 PM

Subject: création mouvement Les Indignés de Toulon

 

Bonjour tout le monde, petite info qui pourrait peut-être vous intéresser…
Un groupe d’indignés a commencé à voir le jour sur Toulon suite à la rencontre de quelques varoises et varois lors du rassemblement sur Marseille du 15 octobre 2011.


Pour celles et ceux qui se retrouvent en accord avec le mouvement des indignés et désireraient le rejoindre ou simplement en savoir un peu plus sur ce mouvement, nous nous réunissons tous les samedis à partir de 12h sur la bien nommée place de la Liberté à Toulon. Cette rencontre est bien évidemment ouverte à tous. La seule étiquette revendiquée est celle de citoyen en désaccord avec les politiques mises en oeuvre ici même en France et celles à l’encontre d’autres peuples-citoyens au delà de nos frontières dans un esprit de solidarité commune.

Plus de 40 villes françaises ont participé au rassemblement mondial du 15 octobre, pourtant seule Paris a été mentionné dans la presse… Chaque semaine de nouveaux groupes voient le jour dans de nouvelles villes comme à Toulon. Vous pouvez trouver ces différentes villes ainsi que celles des autres pays sur ce lien :

FR | 15th october: #United we will re-invent the world

www.15october.net

(Il suffit d’agrandir le lieu que vous souhaitez voir)


En attendant la finalisation d’une page active sur facebook qui portera le nom « Les Indignés du Var », je vous invite à consulter, les miennes, celle de « Pat Garin » et « Les Indignés et le Var » ou vous trouverez déjà quelques infos. Vous pouvez laisser vos commentaires, suggestions,…

Pour se retrouver, se rencontrer, se parler, s’autoriser à dire ensemble un « Non » citoyen sur la place publique en dehors de toute affiliation politique, syndicale, religieuse…pour retrouver le sens d’une agora citoyenne

Cela ne tient qu’à vous dès ce samediou l’un des suivants. Nous y serons.

« Il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer »,

très vieille devise à l’attention des grincheux…lol.

Merci de faire suivre au plus grand nombre,

A +,

Patrick.

 

3 Réponses à “Les Indigné(e)s et le Var…”

  1. CASA dit :

    On va bientôt parler, comme chaque année, de tous ceux qui crèvent dehors, dans « l’indignation » de forme et d’apparence, mais sous l’indifférence générale…
    Beucoup s’indignent de la misère autour de leurs tables, mais dans la rue, quand ils nous croisent, ils changent de trottoir.
    Depuis le trottoir, quand on y est jeté, quand on y passe des heures à mendier un simple « bonjour » en vain, l’indignation n’a pas le même sens ni le même regard de ceux qui l’expriment en bon français.
    La ligue des droits de l’homme ne s’indigne que pour les sans papiers, ils organisent des « cerces de silence » un samedi par mois… Pour nous qui sommes à la rue, les cercles de silence c’est à chaque instant qu’on les vit, en vivant parmi tous ceux qui n’y sont pas justement…
    Pas encore simplement peut-être, ou qui ont peur de s’y retrouver.
    Liberté, Egalité, Fraternité ?
    à cinq heure du matin, quand les employés municipaux de la mairie nous réveillent au karsher, personne n’est là pour s’en indigner.
    Quand l’un de nous se fait agresser ou tabasser, tous les jours, nul n’est là pour s’en indigner, nous ne sommes que des faits divers en suspens, emballés dans le chacun pour soi et dans la banalisation des inagalités et de l’injustice.
    Dans les poubelles de l’eau de javel recouvre les aliments…
    Merci à tous et bon vent.

  2. Martine dit :

    Ca veut dire quoi s’indigner ?
    S’indigner par rapport à qui ou à quoi ?
    Certains s’indignent de se faire voler leur portable à 700€ou de se faire cambrioler leur resisdence secondaire, et de demander plus de sécurité pour palier aux inégalités…
    Certains s’indignent de la présence de clochards dans les rues et demandent à ce qu’elles soient « nettoyées », comme s’il s’agissait de déchets…
    Ca veut dire quoi s’indigner ?
    Dans ce pays, on honore les escrocs d’envergure qui nous gouvernent et on méprise les « parasites » ou les « fraudeurs » : des démunis qui sont obligés de voler un croissant pour manger, ou de squatter pour se loger…
    Qui s’indigne que notre président convoque la presse pour s’exprimer quand bon lui semble et choississe les journalistes pour l’interroger ?
    Il n’y a plus de contre pouvoir dans ce pays : ni médias ni associations, tous sont à la solde de l’Etat ou plutôt de la consommation.
    Les associations prétendument de soutien se gèrent comme des entreprises et se concurrencent entre elles, en recherchant à obtenir plus de parts sur le marché de la pauvreté !
    Secours Populaire ou Catholique ouvrent des supermarchés comme d’autres ouvrent des foyers…
    Tout le monde oublie qu’un toit est un droit.
    On n’entends pratiquement jamais les associations s’indigner des injustices qui frappent leurs publics de plus en plus nombreux et désépéré. Si elles le faisaient elles perdraient leur subventions pour fonctionner et leurs emplois pôur subsister, la boucle est bouclée. Alors elles demandent des dons, et on se demande ce qu’elles ont font…
    Les droits de l’homme sont bafoués tous les jours pour ceux qui vivent dans la précarité, pourtant à Toulon la LDH ne s’indigne que pour les étrangers, serions-nous donc, selon eux, des « privilégiés » ?
    Qui exploite les sans papiers et les étrangers ?
    La LDH n’en fait pas cas.
    Comme ils ne font pas cas des inégalités qui frappent notre pays et notre département.
    Qui sont-ils ? A quoi servent-ils ? A se flagorner entre eux ?
    Ca veut dire quoi s’indigner ?
    La misère pour ces gens là, comme disait Brel, est toujours ailleurs, plus loin, comme un exotisme, là justement où les entreprises délocalisent pour faire toujouirs plus de bénéfices…
    Nul ne fait le lien, mais néamoins s’arroge le droit de s’indigner ou d’autres de faire le « bien » en tirant la couverture à soi…
    Sans pauvreté pas de profits ni de bénéfices…
    Certains s’indignent des grêves qui paralysent les transports et qui les empéchent de partir en vacances ou d’aller travailler… C’est toujours le chacun pour soi, la docilité et la bétise qui priment.
    Pour fonctionner, cette société a besoin de démolir l’éducation, la pensée et le savoir…
    Depuis 10 ans que ce « travail » est entamé, on peut en constater les dégats au quotidien, dans la bétise et la bassesse généralisée de nos programmes télévisés et de l’attitude ordinaire de nos concitoyens.
    Nous palions notre ignorance par notre individualisme et notre égocentrisme exacerbé.
    Comme disait Coluche : « Ce qu’il y a de formidable avec l’intelligence c’est que l’on croit toujours en avoir assez… C’est normal, puisque que c’est avec elle que l’on juge ! »
    Je n’ai espoir en aucun changement, comme je n’ai espoir en aucun parti politique français.
    Je vous souhaite donc bon courage et bonne continuation.

  3. Carine dit :

    CASA, Martine, je pense vraiment que nous avons la même cible, et je le dis avec une grande douceur. On est ensemble, et je ne m’indigne pas parce que je me fais voler un portable ou cambrioler ma maison, non, je m’indigne comme vous parce que dire un simple bonjour à une personne qui mendie dans la rue est devenu quasi inexistant, parce que des gens se retrouvent sans toit alors qu’avoir un toit est la première des dignités justement dans un pays qui plus est qui se dit développé! parce que des enfants vivent dans des caravanes sans même de quoi se chauffer, parce la banalisation des gens de la rue est insupportable, parce que les immigrés contrairement à ce que nous disent les politiques rapportent plus d’argent à la France qu’ils n’en coûtent, parce que les vrais voyous, dans notre pays comme ailleurs sont ceux qui portent un costard-cravate, s’empiffrent et somnolent au soleil pendant que d’autres ne savent même pas s’il seront encore là demain ou s’ils pourront manger ou donner à manger à leurs enfants aujourd’hui. je m’indigne parce que les droits de l’homme sont bafoués à chaque instant, les dignités de chacun ne sont pas respectées, parce que les richesses sont de plus en plus concentrées…Alors oui, nous nous réunissons chaque samedi depuis peu place de la Liberté à Toulon, et personnellement je n’ai pas envie de tirer la couverture à moi, au contraire, si je pouvais laisser le soin à d’autres de se mettre en avant, je le ferais volontiers, je suis assez « timide », mais je me soigne et surtout je prends sur moi car je ne peux pas me taire. Je n’ai rien à gagner pour ma petite personne, j’ai un emploi et un toit, je ne fais pas partie des plus pauvres, mais je ne veux pas me taire,Ce que j’ai à gagner c’est ma dignité de citoyenne qui fait son devoir, le devoir de ne pas se taire et de ne pas laisser faire. On ne doit pas, on ne doit plus laisser faire! Se résigner, ce serait laisser à ceux qui ont le pouvoir la tranquillité de continuer à se distribuer les morceaux du gâteau, c’est jouer leur jeu.
    Carine.

Laisser un commentaire

info retour à l'emploi |
"THC":Tout les Hauts de Cagnes |
Un monde meilleur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | petou
| La route est longue, mais l...
| essaifci