Blog des Laissé(e)s pour Compte / (Dpt 83)

24 avril, 2009

Santé

blc83 @ 19:09

Le Serment d’Hippocrate 

Le serment d’Hippocrate est un texte proposant un cadre moral ou éthique pour l’exercice de la médecine.

En France, il a été réactualisé en 1996, à partir de la traduction d’origine. Les médecins doivent le prononcer devant le buste d’Hippocrate, leur jury de thèse et leurs proches, après avoir soutenu avec succès leur thèse d’exercice.

Il n’a aucune valeur légale. Seule la législation et les codes de déontologie des ordres des médecins où ils exercent leur activité peuvent avoir une valeur légale. 

  • Fonction et valeur juridique : 

Le serment d’Hippocrate fixe un cadre éthique à l’intervention du médecin. Il a également pour fonction de marquer le passage du statut d’étudiant (d’interne) à celui de médecin proprement dit. En ce sens, on peut aussi considérer son énonciation, devant ses pairs, ses proches, et ses maîtres, comme un véritable rite de passage. Sur le plan légal, l’activité est encadrée par le Code de déontologie médicale, beaucoup plus précis. 

  •  Le serment d’Hippocrate :


«En présence des maîtres de cette école et de mes chers condisciples et selon la tradition d’Hippocrate, je jure et je promets d’être fidèle aux lois de l’honneur et de la probité dans l’exercice de la médecine. Je donnerai mes soins gratuits à l’indigent et n’exigerai jamais un salaire au dessus de mon travail. Admis à l’intérieur des maisons, mes yeux ne verront pas ce qu’il s’y passe, ma langue taira les secrets qui me seront confiés et mon état ne servira pas à corrompre les mœurs ni à favoriser le crime. Respectueux et reconnaissant envers mes maîtres, je donnerai à leurs enfants l’instruction que j’ai reçue de leur père. Que les Hommes m’accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses. Que je sois couvert d’opprobre et méprisé de mes confrères si j’y manque. Je jure! Je jure! Je jure!»   

Le texte a été réactualisé en 1996 par le professeur Bernard Hoerni, et publié dans le Bulletin de l’Ordre des Médecins (Avril 1996, n°4). Chaque faculté de Médecine possède en fait sa propre version qui comporte des variations minimes avec celle-ci. 

« Au moment d’être admis(e) à exercer la médecine, je promets et je jure d’être fidèle aux lois de l’honneur et de la probité. Mon premier souci sera de rétablir, de préserver ou de promouvoir la santé dans tous ses éléments, physiques et mentaux, individuels et sociaux. Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté, sans aucune discrimination selon leur état ou leurs convictions. J’interviendrai pour les protéger si elles sont affaiblies, vulnérables ou menacées dans leur intégrité ou leur dignité. Même sous la contrainte, je ne ferai pas usage de mes connaissances contre les lois de l’humanité. J’informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences. Je ne tromperai jamais leur confiance et n’exploiterai pas le pouvoir hérité des circonstances pour forcer les consciences. Je donnerai mes soins à l’indigent et à quiconque me les demandera.

Je ne me laisserai pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire. Admis(e) dans l’intimité des personnes, je tairai les secrets qui me seront confiés. Reçu(e) à l’intérieur des maisons, je respecterai les secrets des foyers et ma conduite ne servira pas à corrompre les mœurs. Je ferai tout pour soulager les souffrances. Je ne prolongerai pas abusivement les agonies. Je ne provoquerai jamais la mort délibérément. Je préserverai l’indépendance nécessaire à l’accomplissement de ma mission. Je n’entreprendrai rien qui dépasse mes compétences. Je les entretiendrai et les perfectionnerai pour assurer au mieux les services qui me seront demandés. J’apporterai mon aide à mes confrères ainsi qu’à leurs familles dans l’adversité. Que les hommes et mes confrères m’accordent leur estime si je suis fidèle à mes promesses ; que je sois déshonoré(e) et méprisé(e) si j’y manque ». 

Source : Wikipédia.

2 Réponses à “Santé”

  1. Stéphane dit :

    C’est quoi le serment d’Hippocrate ? Les riches payent en liquide pour se faire refaire le nez… Les pauvres passent en dernier aux urgences pour y crever. On devrait faire une liste des médecins qui acceptent la C.M.U. et qui nous accueillent simplement avec respect, ça permettrait d’éviter aux démunis quelques humiliations supplémentaires…

    Merci.

  2. Carole dit :

    Je n’ai plus droit à la CMU et je ne peux plus me faire soigner les dents. Le devis est de 3000€. Mon dentiste me réclame 1700€, j’ai la sécurité sociale et la mutuelle mais je n’aurais presque rien en remboursement, je ne peux rien faire !

    Il y a de plus en plus de logements indignes. Je dois me reloger et je n’en ai pas les moyens, j’attends les HLM depuis plus d’un an.

    Pourquoi certains ont le logement tout de suite et d’autres attendent des années ?

    L’écart se creuse de plus en plus entre les riches et les pauvres.

    Pourquoi les usines ferment alors qu’elles font des bénéfices ?

    On ne peut plus se payer un petit luxe même une fois par mois, même le coiffeur.

    On peut à peine se loger et manger.

    On regarde les prix et on se tourne de plus en plus vers les hard discounts et les premiers prix.

    On doit choisir entre donner à manger à ses enfants ou à boire à sa voiture.

    On comprend que les bus ne passent plus à berthe quand ils se font caillasser mais cela pénalise tout le monde.

    Ceux qui ne travaillent jamais et qui ont des voitures splendides, on se doute qu’iles dealent. Ils tuent les autres en quelque sorte pour vivre.

    Les gens se battent entre eux, chacun accuse l’autre, le RMiste contre le chômeur, le chômeur contre l’étranger, etc ……

    la solidarité c’est le bien portant qui paie pour celui qui est malade, celui qui ne travaille pas etc …….

    Aujourd’hui le slogan du gouvernement c’est MORT aux pauvres.

Laisser un commentaire

info retour à l'emploi |
"THC":Tout les Hauts de Cagnes |
Un monde meilleur |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | petou
| La route est longue, mais l...
| essaifci